IN ÆTERNUM

Livre et série photographique sur le sens des rituels funéraires
dans un monde où l’on peut parler d’immortalité numérique.









Les anthropologues considèrent généralement que les rituels funéraires sont un des fondements du passage à la civilisation. Les rituels funéraires peuvent être assimilés à des rituels d’immortalité, car ils sont pratiqués dans le but d’accompagner le défunt vers une forme d’immortalité. Dans sa forme la plus simple, il s’agirait de “vivre pour toujours dans nos coeurs”, cepandant les religions proposent des rites qui s’inscrivent, selon les cas, dans une perspective de ré-incarnation, d’une nouvelle vie dans un monde parallèle ou de retrouvailles dans un monde des ancêtres.


Aujourd’hui, l’ère postmoderne, caractérisée par un culte du présent, a une nouvelle vision de la mort et de l’éternité, pour lesquelles elle dispose d’un nouveau terrain de jeu. On peut par exemple parler d’immortalité numérique.






Jusqu’à présent, l’art funéraire servait à metérialiser l’absence, le vide, à rendre concrète d’un point de vue sensoriel la mort, et à aider ceux qui restent à faire leur deuil. Aujourd’hui, on peut d’interroger sur le résultat de pratiques qui tendent à rendre toujours plus présentes visuellement et sensoriellement les personnes disparues.







Mon livre met en parallèle d’une part une études des rituels funéraires pour 30 religions et comment ils accompagnent le travail de deuil, et d’autre part les cyber-rituels qui apparaissent avec la création de cimetières virtuels et d’avatars éternels. 


Les deux parties sont séparées par une série photographique colorée, revisitant de façon cynique, ironique et décalée les différents rituels funéraires traditionnels, en y injectant de manière absurde un élément numérique.









contact : durandruel.ariane@gmail.com / @ariane.ddrl